La couleur
Par Richard Barbeau
select id, question, réponse, détails, no from tpc where id=7 order by no

7. Les contrastes et leurs effets.

Les oppositions de couleurs

Il y a deux grandes théories auxquelles on se réfère
pour décrire le phénomène des oppositions de couleurs

La première théorie est celle du chimiste français Eugène Chevreul (1786-1889), publiée en 1839 dans De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés.... Pour Chevreul, on obtient des harmonies de contraste lorsqu'on oppose les couleurs du cercle chromatique entre elles.

Il distingue deux types d'harmonies de contraste



 

Harmonie de complémentaires
Opposition des couleurs complémentaires
Harmonie de triades
Trois couleurs équidistantes sur le cercle chromatique

 

La deuxième théorie sur les contrastes de couleur à laquelle on se réfère le plus encore aujourd'hui, est celle du peintre suisse Johannes Itten (1888-1967), théoricien et pédagogue à l'école du Bauhaus. Elle fut publiée dans L'art de la couleur en 1961, et dans laquelle il présente ses sept contrastes de couleur, sept contrastes qui couvrent l'ensemble des oppositions chromatiques.



 

Les sept contrastes de Itten
Contraste de couleur en soi : présence de toutes les couleurs du cercle chromatique. 

Contraste chaud/froid : opposition de couleurs orangées et de couleurs bleutées qui suggèrent la sensation du chaud et du froid. 

Contraste des complémentaires : opposition d'un couple de complémentaires (couleurs opposées sur le cercle chromatique). 

Contraste clair-obscur : opposition entre le blanc et le noir incluant les valeurs intermédiaires. 

Contraste de qualité (contraste de saturation) : opposition de couleurs pures, rompues et de gris. 

Contraste de quantité : le fait de tenir compte de la proportion en surface des couleurs selon leur luminosité. Par exemple, pour avoir un équilibre, le jaune (plus clair) occupe une surface moindre que le violet (plus foncé). 

  • Le jaune est 3 fois plus lumineux que le violet; il prend donc une surface 3 fois moindre pour un rapport équilibré.
  • L'orangé est 2 fois plus lumineux que le bleu, il prend donc une surface 2 fois moindre.
  • Le rouge et le vert sont de luminosité égale.
Contraste simultané : La vision d'une couleur crée une tension qui fatigue l'œil. L'œil est apaisé lorsqu'il voit la complémentaire. Si la complémentaire est absente, il la produit simultanément dans la teinte voisine.

 
En tenant compte de ces deux théories, on pourrait définir un contraste de la façon suivante :

Un contraste correspond à une gamme qui est large et qui présente une opposition ou un écart marqué entre les couleurs.

On peut aussi classer les contrastes d'Itten selon les trois gammes de Munsell

Les contrastes sur la gamme des teintes

Contrastes dans lesquels on oppose les couleurs du cercle chromatique


Contraste de couleur en soi Contraste chaud/froid Contraste des complémentaires
Présence de toutes les couleurs du cercle chromatique. Effet psychologique de vivacité et de vigueur énergique.
Exemples
Opposition de couleurs orangées et de couleurs bleutées qui suggèrent la sensation du chaud et du froid.
Exemples
Opposition d'un couple de complémentaires. Ici le vert et le rouge (le contraste chaud/froid est aussi un contraste de complémentaires).
Exemples

Le contraste sur la gamme des valeurs

Contraste de clair-obscur
Opposition entre les couleurs claires et foncées. 
Pour produire des effets émotifs intenses : 
climats dramatiques, oniriques, intimistes, mystérieux
Exemples

Le contraste sur la gamme de saturation

Contraste de qualité
Opposition de couleurs pures, les couleurs rompues et les gris. 

La pureté ou la qualité d'une couleur (sa saturation) peut être altérée par le blanc, le gris ou le noir. 

Ce contraste crée un effet de vibration optique des couleurs pures qui paraissent plus intenses 
quand elles sont opposées à des couleurs rompues 
(remarquez le bleu, le rouge et le vert en diagonale au centre).
Exemples


 
Vocabulaire de base

Contraste : Une gamme qui est large et qui présente une opposition ou un écart marqué entre les couleurs. 

Harmonie : Une gamme de couleurs réduites à des couleurs rapprochées (ex.: des couleurs pâles, des couleurs chaudes ou des couleurs rompues)

Gamme : l'agencement des couleurs tient compte d'une suite ordonnée, ce que l'on nomme gamme. 

Teinte : correspond à la gamme des couleurs du cercle chromatique (teintes primaires, secondaires, tertiaires)
qui viennent des couleurs du spectre. 

Tons : correspond à la gamme des valeurs (foncé, moyen, clair) 

Saturation : correspond à la gamme qui présente le degré de pureté d'une couleur (des couleurs pures, aux
couleurs rompues, aux couleurs grisées). 

Désaturation : Rehaussement de la couleur vers le blanc 

Rabattement : Rembrunissement de la couleur vers le noir.